"Saint page                Saint Michel, l'archange chevalier

                       

Page en construction

Dans l'attente de la rédaction définitive, je vous invite à lire une feuille rédigée à l'intention d'une amicale d'anciens parachutistes de l'armée française, puis à regarder quelques icônes.

 

 

Dans 

Saint Michel, patron des parachutistes de l'armée française

Saint Michel, protège-nous dans le combat

 

       

"Saint Mic

protège-nous Chaque 29 septembre, les parachutistes français fêtent Saint Michel.

 

Les parachutistes de la France Libre reçurent avant de sauter sur le sol français une médaille de saint Michel.

Saint Michel  fut confirmé comme patron des paras lors de la célébration de la messe du 13 juin 1948 en la cathédrale d'Hanoï (Tonkin).

Indochine, cathédrale saint antoine Phat Dien 

 

 

        Qui est Saint Michel Archange ?

Le culte de Saint Michel prend ses racines dans la Première Alliance, puis dans l'Apocalypse, et se répand dans les Eglises à la suite d'apparitions glorieuses ou de christianisation d'un culte païen. Il n'est pas possible de rendre compte de toute son historiographie, je me limite aux sources de son culte et la symbolique de la tradition chevaleresque dont a héritée les troupes aéroportées.

 

Saint Michel, ange gardien d'Israël dans la Bible, est le chef des anges. En hébreu, Michel signifie "Qui est comme Dieu?"

 

On trouve  sa geste

- dans le livre de Daniel  10, 13-21 comme protecteur du peuple d'Israël, 

- dans l'épître de Jude 1,9 où l'archange  contestait avec le diable  au  sujet du corps de Moïse, il lui répliqua simplement "Que le Seigneur te réprime", 

- dans l'Apocalypse 12,7-10 qui dévoile le grand combat entre Michel et ses anges contre le dragon.

                                                  

 

   Le culte de Saint Michel s'est développé en Orient chrétien, notamment à Alexandrie  et   à Byzance.

En Occident, il se développe d'abord en Italie, dès les premiers siècles de l'Eglise, suite à une apparition du saint au mont Gargan en l'an 492.

Puis en 708, selon une chronique, il apparaît en France à l'évêque d'Avranches, saint Aubert, pour lui demander d'édifier â sa gloire une église - consacrée en 709 - sur le Mont -Tombe appelé de nos jours "Mont Saint Michel" ou "la Merveille"

 

Saint Michel est invoqué en Occident pour l'obtention de victoires militaires et la lutte contre les démons.

Au Moyen-âge, l'archange est souvent représenté aux portails des cathédrales pesant les âmes des morts. On lui prête, en effet, le pouvoir de sauver les âmes de l'enfer.

            Bourges

 

Dans l'offertoire de la messe des défunts de l'ancien rite romain, Saint Michel est chargé de prendre soin des âmes de tous les fidèles défunts, en sorte que lui, "le porte étendard céleste, les introduise dans la sainte lumière promise à Abraham et à sa descendance."

                                                   

Patron des soldats, il est reconnu, généralement, comme "Chef des Armées de Dieu" (Josué V,14).

Dans l'Apocalypse (XI1,7-9), Saint Jean nous dit, en effet: "Et il y eut une guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut pas trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui."

 

L'Archange Saint Michel est aussi, nous le verrons, protecteur de la France.

 

A l'aide de la tradition des Ecritures, notamment des lettres de saint Paul, entreprenons de décrypter la  symbolique chevaleresque de saint Michel:

 

Les attributs iconographiques qui sont associés à l'archange permettent de mieux comprendre son rôle dans la défense des nations et des personnes. Ils proposent aussi en saisissant  leurs symboles de nous attribuer leurs fonctions pour devenir vainqueurs de nos passions. 

 

La Balance

 

Dans l'iconographie chrétienne la balance est tenue par Saint Michel, l'Archange du jugement divin.

La balance est connue en tant que symbole de la justice, de la mesure, de la prudence, de l'équilibre, parce que sa fonction correspond précisément à la pesée des actes. Associée à l'épée, la balance est aussi le symbole de la Justice doublée de la Vérité.

                                                        

 

Pour les chrétiens, l'Archange Saint Michel est présent, archange de lumière, au moment de la mort et pèse les âmes des défunts. Il s'oppose au Satan image des ténèbres.  

Nous retrouvons cette scène gravée dans la pierre sur les tympans de certaines églises.

En ce sens, Michel est l'héritier d'Anubis de l'Egypte pharaonique. (Voir excursus)

 

La balance, signe de la mesure, caractérise l'homme d'armes au combat: riposte graduée, ni surestime ni sous-estime de l'ennemi.

 

L' é p é e .

 

La tradition judéo-chrétienne nous apprend que l'Archange mit en déroute les Anges rebelles qui s'étaient détournés de la Lumière.

Dieu envoya contre les adeptes de Satan (l'accusateur» ou l'adversaire" en hébreu ) l'Archange Michel et des Anges demeurés sous son autorité. Saint Michel se fit alors entendre de part et d'autre des cieux en s'écriant :      "Qui est semblable à Dieu ?"

Ces paroles furent comme un coup de tonnerre,  l'Archange de Dieu et ses Anges prévalurent et chassèrent les Anges rebelles des sphères célestes.

C'est pourquoi il n'est pas étonnant que Saint Michel Archange soit représenté en chevalier, armé d'une épée étincelante, s'apprêtant à terrasser le diable, symbolisé souvent par un dragon.

                                           

Toutefois, si l'épée évoque la guerre, il ne s'agit pas d'une guerre destructrice cherchant à assouvir des instincts belliqueux, mais d'une guerre constructive. L'objectif de la guerre est de conquérir la paix.

Saint Michel, en effet, ne tue pas le dragon mais le tient en respect, à la pointe de son épée. Il le maîtrise et le contrôle.

                                                    

 Ainsi l'épée que brandit Saint Michel est, pour l'homme intérieur, l'outil d'une "guerre sainte" menée contre les égarements de la dimension charnelle désordonnée et mondaine, conduisant à la conquête spirituelle de la paix intérieure. L'épée peut être vue comme l'emblème de la rédemption par sa forme avec la croix, instrument du Salut.

Cette "guerre sainte" peut même être identifiée à cet objectif ambitieux de "vivre en Esprit et vérité", en combattant toute dissonance intérieure, en rectifiant notre personnalité pour l'amener à se conformer aux lois de l'Esprit.

Souvenons-nous du récit de la Genèse (Gen 3) qui rapporte la chute de l'homme ayant voulu  devenir Dieu, c'est-à- dire s'affranchir de sa nature en se montrant ingrat envers le Créateur. Il veut se croire autonome sans besoin de Dieu.

Or, c'est précisément de ce piège que cherche à nous préserver Saint Michel en invitant l'homme à entrer en sa dimension intérieure afin qu'il s'élève vers Dieu.

C'est aussi le sens probable de ces paroles de Jésus : "Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée." (Luc, XII, 51), l'épée du Logos à deux tranchants qui sépare en notre âme la lumière des ténèbres.

 

La Cuirasse.

 

Saint Michel est très souvent représenté avec une cuirasse de chevalier. Cette cuirasse, ce bouclier dont le chrétien doit se revêtir pour le "combat spirituel", contre "le Mauvais", c'est sa Foi en Dieu. Foi inébranlable qui ne laisse pas de prise au doute et contre laquelle se brisent tous les arguments qui lui sont néfastes et toutes les tentations inutiles.

                                                  

                                         

 

L'étendard.

En tant que chef des armées de Dieu, l'iconographie religieuse représente souvent Saint  Michel à la tête d'une troupe innombrable d'Anges et portant l'étendard de la croix, emblème de ralliement des Anges restés fidèles à Dieu.

                                          

Cet étendard, comme nos couleurs nationales, est le symbole du ralliement à notre communauté nationale qui plonge ses racines culturelles et morales dans le christianisme.

Ce qui n'exclut pas d'autres spiritualités, le christianisme est "catholique" dans le sens qu'il fait sien tout ce qui est noble, bon et juste, selon la belle expression de saint Paul. Il sait reconnaître les semences de la Parole de Dieu dans les autres religions, sans toutefois relativisme religieux. Son étendard est la croix sans compromis avec la vérité.

                           

 

Au Moyen-âge, Saint Michel fut reconnu patron de la France.

 

                                

 

 Par ordonnance royale du 1er août 1469, Louis XI créa un ordre de chevalerie en l'honneur de Saint Michel, honorant ainsi le courage militaire au service de la justice et le faisant Saint Patron de la France.

L'ordre national du Mérite a hérité de son ruban bleu. (La Légion d'Honneur est portée avec un ruban rouge feu, le même que celui de l'Ordre royal et militaire de saint Louis institué par Louis XIV par édit du 5 avril 1693)

 

Excursus: Anubis, prototype de saint Michel

 

En remontant aux temps les plus lointains de l'Egypte des pharaons, nous rencontrons Anubis, qui lui aussi, pesait les âmes des défunts alors qu'Osiris présidait à la pesée du coeur.

 

Quand l'esprit divin (Ka) abandonne le corps (Khet), l'âme (Ba) est libérée et rejoint le royaume du ciel. Elle est aussitôt confiée, par la déesse Isis, au divin Anubis qui va la guider pour se présenter au jugement dernier, devant le tribunal d'Osiris, lui-même assisté par plusieurs juges divins représentant notamment la Justice et la Vérité.

 

                              

 

C'est Anubis (divinité à tête de chien) qui tient la balance pour effectuer "la pesée du cœur", L'âme doit, pour échapper au monstre, démontrer qu'elle "n'a jamais fait de mal contre personne".

Les déclarations d'innocence du "Livre des morts" (que nous devrions appeler par son véritable nom: 'livre d'entrée dans la lumière"), ainsi que les inscriptions sur les parois des tombeaux, nous révèlent des formules qu'emploient le défunt pour gagner l'au-delà comme: : "J'ai donné du pain à l'affamé, j'ai donné à boire à celui qui avait soif, j'ai vêtu celui qui était nu, j'ai fait passer le fleuve à celui qui n'avait pas d'embarcation, j'ai enseveli celui qui n'avait pas d'enfant".

L'Evangile nous le répète sous une autre forme: "Venez, les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; nu, et vous m'avez vêtu; j'ai été malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus à moi." Mathieu 25,34-37

 

                                                         + E-P.                         septembre 2010 

 

    Quelques représentations anciennes de l'Archange dans ses différentes fonctions 

 

                

saint michel terrassant le dragon. Musée du Louvre Paris, portail de l'église N.D. de Nevers

 

                         

 

Grandson (Suisse), 2è moitié du 12è siècle

 

                                  

Chauvigny, église saint Pierre, 2è moitié du 12è siècle

 

           

 la pesée des âmes. Chauvigny, église saint Pierre, 2è moitié du 12è siècle

 

               

Vézelay, vers 1150.  musée,.

 

           

Bourges, portail du jugement. façade terminée en 1230.  Le Sauveur préside au jugement. Les justes à droite de saint Michel, à sa gauche les mauvais châtiés par les diables.

 

                        

   

Bourges, cathédrale, portail du jugement, détail   

             

Amiens, cathédrale, détail, entre 1220-1230.  remarquez avec quelle sérénité, Michel pose le doigt sur le fléau de la balance pour corriger la tricherie du diable.

 

                    

 11è -12è siècle.  

                  

         

   dans une église du Caire, 18è siècle.  l'archange Michel porte la croix en étendard dans sa droite, la croix de bénédiction dans sa main gauche qui tient aussi la balance de justice.

 

                                        

Michel avec un habit militaire. icône copte

 

                                           

manuscrit de la bibliothèque d'Avranches, aujourd'hui aux USA

 

                           

 

Le Puy en Velay, fin 12è siècle

 

                           

 manuscrit  0108 Bibliothèque municipale d'Amiens. 1197.    

                                                                                                                                                  ©   http://www.enluminures.culture.fr

 

 

           LES EGLISES DEDICACEES à L'ARCHANGE

 

 

A .L’épée de l’archange saint Michel : ces 7 sanctuaires unis par un fil invisible

 

Selon une légende, une ligne sacrée représente le coup d’épée que l'archange asséna au diable pour le renvoyer en enfer.

Une mystérieuse ligne imaginaire unit entre eux sept monastères, de l’Irlande jusqu’en Israël.

Simple coïncidence ?

Ces sanctuaires sont très éloignés les uns des autres, mais parfaitement alignés.

 

Les trois sites les plus importants – le Mont-Saint-Michel en France, l’abbaye Saint-Michelde-la-Cluse et le sanctuaire du Mont-Gargan en Italie – sont équidistants.

 

Par ailleurs, dit-on, cette ligne sacrée s’aligne parfaitement avec le soleil levant du solstice d’été.

 

1)     SKELLING MICHAEL

 

La ligne commence en Irlande, sur une île déserte, là où l’archange Michel serait apparu à saint Patrick pour l’aider à délivrer son pays du démon.

C’est ici que se trouve le premier monastère, celui de Skelling Michael (« Le Rocher de l’archange Michel »).

L'île, s'élevant abruptement à 210 mètres au-dessus de l'océan Atlantique, a abrité jusqu'au XIIIe siècle un petit monastère chrétien fondé au 7è siècle.

Les cellules monastiques se présentent sous la forme originale de ruche.

 

Il fut abandonné par les moines en raison de l’afflux de pèlerins qui troublaient leur vie ascétique.

 

 

2)     SAINT MICHEAL’S MOUNT

  

 

La ligne se dirige ensuite vers le Sud et s’arrête en Angleterre, au St. Michael’s Mount (« Mont Saint-Michel »), une petite île dans les Cornouailles, accessible à marée basse.

Une légende  des Cornouailles raconte comment, en 495, des pêcheurs ont vu l'archange Michel sur un rocher de granite sortant de la mer. L'île devint un lieu de pèlerinage et on rapporte qu'un monastère celtique se serait développé sur le rocher du VIIIe au XIe siècle. L’île a été offerte aux bénédictins du Mont-Saint-Michel au XIe siècle par le roi d'Angleterre Édouard le Confesseur (1042-1066) pour que les moines y construisent une abbaye.

 

3) LE MONT-SAINT-MICHEL

 

Puis la ligne sacrée se poursuit en France, sur une autre île célèbre, le Mont-Saint-Michel.

À l'origine, il était connu sous l'appellation de mont Tombe. Il devait s'y trouver une pierre ou un monument mégalithique destiné à un culte païen, qui sera vraisemblablement remplacé par un premier oratoire en l’honneur de l’archange saint Michel à partir de 708, année où l’archange apparut à l’évêque d’Avranches, saint Aubert, à qui il demanda de construire une église dans le rocher.

Les travaux commencèrent mais ce n’est qu’en 900, que la première église pré-romane fut construite. Il nous en reste la chapelle Notre Dame sous terre.

 

À partir de l'an 710 et pendant tout le Moyen Âge, il fut couramment surnommé par les clercs « mont Saint-Michel au péril de la mer » (Mons Sancti Michaeli in periculo mari).

L’abbatiale fut construite dans le courant du XIIIè siècle. Elle est appelée  "la Merveille". 

 

 

4) L’ABBAYE SAINT-MICHEL-DE-LA-CLUSE

 

À 1000 kms de distance, à l’entrée du Val de Suze, dans le Piémont (Italie), à 10 km de Turin, se dresse le quatrième sanctuaire: L’abbaye Saint-Michel-de-la-Cluse (en italien Sacra di San Michele).

L'abbaye est fondée vers la fin du Xe siècle par Hugues d'Auvergne,  connu aussi sous le nom de  Hugues Maurice, seigneur de Montboissier, surnommé " le Décousu " né vers 910,  qui s'étant rendu à Rome pour demander pardon au Pape Sylvestre II à la fin de sa vie, à titre de pénitence, lui donna le choix entre un exil de sept ans et la lourde tâche de construire une abbaye. Il décéda vers 986-87.

La construction de l’abbaye commence vers l’an 1000, mais lui seront ajoutées de nouvelles structures au fil des siècles. Les moines l’ont développée en lui ajoutant aussi une dépendance pour loger les pèlerins parcourant la voie Francigena, réseau de routes et chemins empruntés par les pèlerins venant de France.

Saint-Michel de la Cluse, figure aujourd'hui parmi les plus importants ensembles architecturaux de la période romane présents en Europe. La structure architecturale de l'abbaye est tout à fait particulière. Les masses rocheuses accidentées de la montagne viennent se fondre avec l'ensemble constitué par le soubassement, les marches et les contreforts de soutènement pour former un seul corps.

Les cinéphiles reconnaitront le décor du film de l'adaptation du roman de Roberto Ecco, "le nom de la rose"

 

5) SANCTUAIRE DE SAINT-MICHEL-ARCHANGE DU MONT GARGAN

 

Mille kilomètres plus loin, la ligne franchit les Pouilles et l’on tombe sur le Mont Gargan, où une caverne inaccessible est devenue un lieu sacré : le Sanctuaire de Saint-Michel-Archange.

La construction du site remonte à l’an 490, année de la première apparition de saint Michel à saint Laurent Maiorano, l’évêque local. Il est le plus ancien sanctuaire en Europe de l'Ouest à être consacré à l'archange Michel et a été un important lieu de pèlerinage depuis le Moyen Âge.

L'ensemble de bâtiments comprend le baptistère de San Giovanni in Tumba, l'église Santa Maria Maggiore et la grotte de saint Michel.

Le baptistère,  ancienne sépulture du roi lombard Rothari (mort en 652)  présente un étage rectangulaire sur lequel repose un octogone soutenant une section elliptique d'un haut tambour qui soutient la coupole. Ses décors sculptés sont prestigieux.

 

L'église érigée au XIe siècle par l'archevêque Leone se dresse sur les vestiges d'une ancienne nécropole. Quelques vestiges témoignent de la richesse de son ancien décor de fresques. Le complexe a été agrandi par les Normands par l'ajout de la résidence épiscopale de Orso, évêque de Bénévent, pour fournir un siège adapté à la grandeur du Montis Sancti Angeli. Elle a été par la suite modifiée par Frédéric II. L'imposant campanile octogonal a été construit à la fin du XIIIe siècle par Frédéric II en tant que tour de guet. Il a été transformé en clocher par Charles Ier d'Anjou.

 

6) MONASTERE DE SYMI EN GRECE

 

Puis de l’Italie, la ligne sacrée de saint Michel arrive au sixième sanctuaire, en Grèce, sur l’île de Symi: le monastère orthodoxe de l’archange Michel " Mixaelis" abrite une effigie du saint de 3 mètres de haut, une des plus grandes au monde.

 

7) MONASTERE DU CARMEL

La ligne sacrée se terminerait en Israël, au Monastère du Mont-Carmel à Haïfa.

Ce lieu est vénéré depuis l’Antiquité, placé par des moines grecs au VIè siècle, sous la protection du prophète Elie, et le bâtiment est daté du XIIe siècle, restauré au XVIIè puis au XIXè. On dit que l'archange Michel y est particulièrement vénéré. Les témoignages antiques manquent pour un faire un authentique sanctuaire michaélique.

 

Source: https://fr.aleteia.org/2017/05/26/7-sanctuaires-dedies-a-saint-michel-archange-unis-par-un-fil-direct/

 

B. Il nos faut mentionner d'AUTRES SANCTUAIRES DEDICACES en FRANCE:

 

Saint Michel d'Aiguilhe au Puy

 

La chapelle Saint-Michel est une église romane située à Aiguilhe, commune limitrophe du Puy-en-Velay, en Auvergne. L'église est édifiée sur un piton volcanique (un neck), le rocher d’Aiguilhe, de 82 mètres de hauteur, au pied duquel se trouve un autre édifice roman remarquable : la chapelle Saint-Clair d'Aiguilhe.

 

 

La chapelle dédiée à Saint Michel est accessible par un escalier de 268 marches.

 

L’évêque Gotescalc, premier pèlerin français de saint Jacques de Compostelle est à l’origine de sa fondation. La première construction, par le chanoine Truanus, remonterait à 969 et remplacerait un temple dédié à la divinité gauloise lumineuse  Lug-Mercure.

 

Le sanctuaire, édifié en pierre volcanique, possède un portail orné d'un arc polylobé. La porte est surmontée d'un linteau sculpté orné de deux sirènes affrontées, qui supporte un tympan bordé d'une frise de rinceaux. L'intérieur des lobes est orné de scènes sculptées, dont l'agneau pascal. Au-dessus de l'arc prend place un décor de mosaïques de pierres polychromes surmonté d'arcatures sous lesquelles est représenté le Christ entouré de Saint Jean, la Vierge, l'archange Michel et Saint Pierre.

 

Il nous faut aussi nous souvenir que la cathédrale du Puy en Velay, toute proche, possède deux des plus belles peintures murales de l'archange, la première sur le portail dit de saint Michel

  

la seconde, à l'intérieur de l'édifice

 

EGLISE SAINT MICHEL DE BORDEAUX

 

La basilique Saint-Michel de Bordeaux, bâtie du XIVe au XVIe siècle, est caractéristique du style gothique flamboyant. La basilique partage avec la cathédrale Saint-André la particularité d'être dotée d'un clocher indépendant du sanctuaire. S'élevant à une hauteur de 114 mètres, il est considéré comme le plus haut du Midi de la France.

 

 

EGLISE SAINT MICHEL DE DIJON

 

La première mention de l’église Saint-Michel de Dijon date de 889. Située près des murs du Castrum de Dijon, elle n'était probablement à l'origine qu'une simple chapelle en bois.

 

L'église actuelle montre une façade principale est unique en son genre par le mélange entre le style gothique et celui de la Renaissance, ce qui est dû à la date de construction de l'église. La coexistence de ces deux styles architecturaux peut être expliquée par l'importance que prend l'art architectural en Bourgogne au XVIe siècle avec le retour des formes antiques et l'influence de l'art italien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              

                           

 

 

 

Michel, l'archange chevalier